fond-degrader
Conseils moto

Casque moto jet, crossover ou intégral, lequel choisir ?

Le casque moto a pour fonction d’amortir un choc au crâne lors d’une chute à deux-roues. Il permet également d’éviter une blessure au visage en limitant l’intrusion d’objets coupants ou saillants à l’intérieur du casque. Quand on sait que 54 % des motards accidentés subissent un choc à la tête, on comprend vite la nécessité d’être exigeant lors de l’achat de cet équipement. Casque moto jet, crossover ou intégral… Comment choisir parmi la multitude de modèles conçus pour route ? Quels sont les avantages et les inconvénients des différents types de casques ? Codes Rousseau vous aide à y voir plus clair !

 

Le casque moto jet


casques-moto

 

 

 

 

 

 

Plus enveloppant qu’un bol ou un demi-jet, le casque jet offre un bon niveau de protection du crâne et des tempes et un niveau de protection faible pour la partie maxillo-faciale (nez et menton notamment). Son écran long permet de garder une bonne partie du visage au sec en cas d’intempéries. Il reste agréable par forte chaleur sachant qu’on peut y ajouter un pare-soleil amovible ainsi que des ventilations. Plébiscité aussi bien par les scootéristes que par les conducteurs de petites et grosses cylindrées, son usage est à réserver sur des parcours restreints à vitesse modérée et par beau temps.


Le crossover ou transformable

Comme le casque modulable présenté plus bas, le crossover dispose d’un système de mentonnière. En revanche, la transformation du casque ne peut s’opérer qu’à l’arrêt car le système de mentonnière demeure complexe à manipuler. Moins lourd qu’un casque intégral, le casque transformable présente l’avantage d’offrir un large champ de vision pour un niveau de sécurité équivalent (lorsque le casque est fermé et attaché). Procurant la même sensation qu’un jet, le crossover convient bien aux motards épris de liberté qui effectuent de longs trajets. Chez Codes Rousseau, on recommande :) !

 

Le casque intégral

Cela ne fait aucun doute, l’intégral reste un must en matière de sécurité ! Son côté monobloc enveloppant en fait le premier choix des motards qui ont une pratique régulière et consciencieuse de la moto. L’intégral permet une protection optimale du visage et de la tête. Il offre également une bonne isolation phonique, appréciable lorsque l’on roule à vive allure. Ses détracteurs trouveront qu’il est plus difficile à enfiler que les autres modèles, qu’il est désagréable à porter l’été ou encore qu’il offre un champ de vision restreint. Chez Codes Rousseau, on se dit qu’une légère gêne vaut mieux qu’une piètre protection ! Aussi, on conseille vivement ce type d’équipements aux motards qui possèdent une grosse cylindrée et qui effectuent de longs trajets.

 

Le casque moto modulable ou flip-up

On distingue ce casque des autres modèles par sa mentonnière flexible. Plus lourd qu’un demi ou mini-jet évoqués ci-après, il se situe entre le jet et l’intégral. Lorsqu’il est fermé (mentonnière abaissée) et attaché, le casque moto modulable dit « flip-up » offre une protection satisfaisante du crâne et de la mâchoire. Son aspect modulable constitue un avantage appréciable à l’arrêt ou en cas de forte chaleur. Ce modèle constitue un bon compromis entre la sécurité et le confort.

 

Le casque demi-jet

Plus couvrant qu’un simple bol, le demi-jet dispose de lunettes intégrées. On l’aime pour son look sympa, son aspect compact (il tient dans le coffre d’un scooter) et son poids plume ! Attention néanmoins, ce type de casques n’assure aucune protection maxillo-faciale. Concrètement, en portant un demi-jet, vous vous exposez à de graves lésions au visage (nez, menton) en cas de chute à deux-roues même à faible vitesse. Favori des scootéristes, ce casque peut convenir pour des trajets à petite allure, sur courtes distances et par beau temps.

 

Le micro ou mini-jet

Hormis son écran type aviateur, le casque micro ou mini-jet s’apparente au demi-jet. On le choisit pour les mêmes raisons (moderne, léger et compact). On le met aussi de côté pour les mêmes arguments ! N’étant pas fermé, le niveau de protection du casque micro ou mini-jet reste très relatif. Par ailleurs, il ne permet pas une bonne insonorisation. Il peut faire l’affaire pour de petits parcours, avec une météo clémente !


Le casque bol

Souvent très esthétique, le casque bol reste LE mauvais élève de la bande en matière de protection. Non seulement il ne couvre que le haut du crâne mais sa forme laisse également les tempes et le visage à découvert donc vulnérables en cas de choc. Autre inconvénient : le casque bol nécessite de porter des lunettes. En tant qu’acteur de la sécurité routière, on vous déconseille l’achat de ce type de casques du fait de son niveau faible niveau de protection. Eh oui, entre paraître de toute beauté et conduire un deux-roues en toute sécurité, parfois il faut choisir ;) !

 

 

Pour aller plus loin

5 formations au
PERMIS à GAGNER
sur Messenger

Je participe !
TOP